Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vannerie du Fouta Djalon

Publié le par fouta-decouverte

Vannerie du Fouta Djalon

La vannerie est une activité artisanale spécifiquement féminine. Avec quelques feuilles séchées, des fibres végétales et des colorants naturels, les femmes réalisent des paniers et des plateaux ornementaux ou léfas.

Vannerie du Fouta Djalon

Le temps passé pour réaliser un de ces objets se compte en heures, voire en jours ! Et pourtant, un panier ne se vend que quelques centaines de francs guinéens !

Lors de mon dernier séjour, j'ai reçu en cadeau un léfa qui avait été confectionné spécialement pour moi.

Aujourd'hui, je me dis que mes remerciements n'ont pas été à la hauteur du cadeau !

Voir les commentaires

Et pour se rendre au Fouta, en Guinée, .... (infos pratiques)

Publié le

Avant de se rendre au Fouta, l'étape intermédiaire obligatoire (qui ne l'aurait pas deviné ?!), c'est d'entrer en Guinée.

Nous vous donnons donc ci-dessous quelques points de repères pour préparer votre voyage vers ce pays (avant de partir)

ainsi que des éléments pour vous rendre au Fouta (sur place).

Et avant tout, une carte du pays ! 

www.google.maps.Guinée

 

Argent (avant départ et sur place) : la monnaie guinéenne est le Franc Guinéen (FG) soumis à un contrôle des changes strict. Il n'est pas possible de changer du Franc Guinéen ailleurs qu'en Guinée. Le taux le change fluctue énormément (change Novembre 2016 : 1 euro = 10.000 francs guinéens environ). Pour obtenir du Franc guinéen, si vous avez une carte bleue VISA ou équivalent vous pouvez retirez de l'argent dans un distributeur de banque à Conakry ou bien négocier le change au marché noir (Conakry à la sortie de l'Aéroport ou au centre ville, avenue de la République par exemple, mais attention vous êtes dans la rue !).

Pour se rendre dans le Fouta, il est préférable de se munir de liquidités (Francs Guinéens ou autres), même si dans les principales villes vous trouverez des distributeurs. Pour convertir des monnaies étrangères en Francs Guinéens (préférer l'euro, le dollar ou le franc CFA en évitant les petites coupures), on trouve pratiquement partout des commerçants disposés à faire le change mais le taux ne sera pas le même qu'à Conakry.

En cas de manque de liquidités, vous pouvez toujours vous faire envoyer de l'argent par le biais de Western Union, Moneygram,... qui disposent de plusieurs bureaux à Conakry et dans les grandes villes. Il existe également d'autres opérateurs présents sur place.

 

Arrivée : à votre arrivée à l'aéroport de Gbessia Conakry vous devrez passer divers contrôles (passeport et visa, douanes) et récupérer vos bagages. Première règle : être patient. Deuxième règle : ne pas se laisser intimider. Troisième règle : rester courtois. Depuis quelque temps, l'organisation à l'arrivée s'est beaucoup améliorée et la sortie de l'aéroport se passe plus sereinement. Garder en main votre billet d'avion et surtout le volet permettant de retrouver vos bagages. Prenez votre temps pour faire toutes les formalités avant de vous rendre dans le hall d'accueil tout récemment inauguré.

Au sortir de l'aérogare, vous pouvez "déplacer" un taxi pour vous déposer à votre hôtel ou alors vous rendre au carrefour proche de l'aérogare et prendre place dans un taxi à destination du centre ville (mieux vaut alors ne pas avoir trop de bagages !).

Si vous préférez être accueilli dès l'aéroport, prenez contact avec les organisateurs de voyage (en France ou en Guinée)

 

Assurance (avant de partir) : il est prudent de souscrire une assurance pour parer à toutes éventualités. En cas de nécessité de rapatriement, de soins médicaux, les frais vous seront alors remboursés. Vous pouvez entre autres compagnies, contacter Inter Partner Assistance (ip-assistance.be), Mondial Assistance (Mondial-assistance.fr ou 01 40 25 52 25), Europ Assistance (europ-assistance.fr ou 01 41 85 94 85). Si vous avez une carte VISA, vérifiez, normalement vous bénéficiez d'une assurance rapatriement.

 

Carte géographique (avant de partir) : il existe une carte touristique IGN au 1/1.000.000ème sur la Guinée (disponible à l'IGN, rue de la Boétie à Paris tél. 01 42 25 87 90 et dans de nombreux autres points de vente). On peut aussi la trouver sur place, mais à un prix nettement plus élevé. Par ailleurs, il est possible de se procurer des photocopies de cartes au 1/200.000ème (qui datent un peu certes, mais sont quand même utilisables) couvrant l'ensemble du Fouta Djalon (nous consulter) et quelques cartes au 1/50.000ème (IGN, à St Mandé à l'Ouest de Paris tél. 01 43 98 80 00). Grâce à Google maps, vous pouvez aussi trouver des cartes plus ou moins détaillées du pays : carte Guinée

 

Compagnies aériennes (avant de partir) : depuis Paris, les compagnies desservant Conakry (avec ou sans escale) sont entre autres : Air France (0802 802 802), SN Brussels Airlines (0 826 101 818) avec escale à Bruxelles, la Royale Air Maroc (call center 3260) avec escale à Casablanca ou encore Air Sénégal (0820 202 123) avec escale à Dakar. Les tarifs sont assez fluctuants selon les périodes, les durées de séjour, ... Renseignez-vous directement auprès des compagnies.

 

Conakry (sur place) : la capitale de la Guinée, passage obligatoire sur votre route vers le Fouta.

Voir le marché Madina, le port de pêche de Boulbinet, les îles de Loos pour ceux qui ont un peu de temps. Pour plus d'infos, consulter les guides pratiques sur la Guinée.

Pour circuler à Conakry, le plus pratique est de déplacer un taxi (ou une moto mais à vos risques et périls !) pour une course ou pour toute une journée. Le prix est alors à négocier avec le chauffeur ! 

Pour les hôtels sur Conakry, consultez le Petit Futé qui donnent dans l'ensemble de bonnes adresses actualisées en Août 2016.

Dans le Fouta, Dalaba et Labé sont dotées de structures de niveau correct. A Dalaba,l'hôtel SIB ou encore l'auberge Seydi II et à Labé, l'hôtel Tata ou l'hôtel Djamtun proposent des prestations similaires à des prix abordables. Certaines structures proposent par ailleurs des informations et des prestations (guide) pour les randonnées dans la région.

 

Frontières terrestres : le passage des frontières terrestres se fait dans l'ensemble sans problème. Si vous êtes en transport en commun, votre passeport avec visa + votre carnet de vaccination à jour suffisent à vous assurer un passage en toute tranquillité.

Si vous êtes avec votre véhicule perso., le CPD permet normalement de passer sans souci, à part le remplissage des formulaires qui est parfois un peu longuet ... Certains voyageurs sont également passés avec un carnet ATA, demandé également au Sénégal. 

Les frontières, fermées pendant l'épidémie d'Ebola, sont de nouveau toutes ouvertes.

 

Hygiène (sur place) : autant que possible buvez de l'eau minérale (l'eau de Coyah ou encore de Mitty sont excellentes, mais vérifiez bien à l'achat que la bouteille est bien fermée. Vous trouverez également des sachets d'eau pour quelques gorgées d'eau mais à éviter autant que possible !) et sinon purifiez l'eau avec de l'hydroclonazone ou équivalent pour limiter les risques de troubles intestinaux.

 

Patience et longueur de temps ... (sur place) : quand vous voyagez,n'oubliez jamais que la patience est une vertu première ! Sachez rester "zen" et gardez le sourire en toute occasion. Mais vous êtes en règle, alors ne cédez pas aux intimidations ! Gardez toujours votre passeport et votre carnet de vaccination à portée de la main ! Le zèle des hommes en tenue est parfois troublant.

 "On dit que l’Afrique est l’école de la patience, mais la Guinée en est l’université "

 

Quand partir ? : la période allant du mois de Novembre au mois de Février est certainement la meilleure pour se rendre au Fouta Djalon faire de la randonnée, cependant jusqu'en Juin le climat reste relativement favorable même si la chaleur, souvent accompagnée de brume, est plus forte. Évitez les mois d'Août, Septembre et Octobre : brouillard, pluie, fraîcheur sont le lot quotidien de cette période, de plus les pistes sont bien souvent impraticables et les rivières impossibles à traverser.

 

Santé (avant de partir) : n'oubliez pas que pour partir au Fouta et plus globalement en Guinée, il vous faudra vous faire vacciner contre la fièvre jaune (obligatoire). D'autres vaccinations sont à recommander mais non obligatoires (consultez un centre de vaccination spécialisé, par exemple l'Institut Pasteur à Paris (tél. 01 53 69 78 78) ou le centre de vaccination d'Air France aux Invalides (tél. 01 41 56 66 00) : hépatite A et C, fièvre typhoïde (pour les longs séjours), tétanos, méningites A et C. Il faut parfois des délais assez longs pour réaliser ces différentes vaccinations, donc si vous le pouvez, renseignez-vous le plus longtemps possible avant votre départ. Et surtout n'oubliez pas de prendre avec vous votre carnet de vaccination pour le voyage. Il vous sera certainement réclamé au cours de votre séjour. Gardez-le à portée de main avec votre passeport.

Concernant le paludisme, il n'existe toujours pas de vaccin (malheureusement !), un traitement préventif est donc recommandé durant votre séjour ainsi que quelques semaines après le retour (consultez un centre spécialisé comme l'institut Pasteur de Paris, pour connaître le traitement le plus adapté. Actuellement la Malarone est le plus souvent prescrite, il existe aussi un générique moins cher).

 

Tours opérateurs : Comptoir d'Afrique, Nomade, Chemins solidaires, La Balaguère, zigzag randonnées entre autres, proposent des voyages vers la Guinée et notamment des circuits faisant une part belle au Fouta Djalon. Vous trouverez leurs sites respectifs sur le net. Plusieurs de ces opérateurs travaillent avec Foutatrekking à Labé.

 

Transport en Guinée (sur place) : les taxis sont le moyen de transport le plus efficace pour un coût modéré en direction du Fouta. Selon vos moyens, vous pouvez soit payer le nombre de places dont vous avez besoin ou un peu plus pour un meilleur confort, soit vous "déplacez" un véhicule c'est à dire que vous payez toutes les places prévues (6 pour une berline, 9 pour une familiale) pour la destination de votre choix, ce qui vous donne plus de liberté. Le plus souvent vous devrez aussi acquitter un prix pour les bagages embarqués. La gare routière du Fouta est située à Madina, au milieu du grand marché. A titre indicatif, le tarif d'une place pour aller de Conakry à Dalaba est en Novembre 2016 de 80.000 FG par personne non compris les bagages. Le voyage jusqu'à Dalaba dure de 8 à 10 heures sur une route malheureusement très fortement dégradée jusqu'à Mamou. Pour Labé, compter 1 heure et demi en plus. Pour des raisons de sécurité, évitez de voyager de nuit. La route est sinueuse et les autres véhicules pas toujours très visibles.

Les barrages d'hommes en tenue sont devenus rares sur le parcours. Cependant ne soyez pas surpris, si vous en rencontrez. Ils contrôleront sans doute vos papiers, ceux du chauffeur et ceux du véhicule. Patience, patience et puis ce peut être l'occasion d'une "pause pipi" ou d'un rafraîchissement !

Les locations de véhicules 4x4 sont possibles, mais relativement chères (agence Avis à l'hôtel Camayenne, Locadem ou Europcar à Novotel, ...). D'autres adresses sur demande.

 

Visa (avant de partir) : pour obtenir un visa pour la Guinée, adressez-vous à l'ambassade de Guinée la plus proche de chez vous (à Paris, Consulat 51 rue de la Faisanderie, 16è arrdt. Tél. : 01 47 04 81 48 du Lundi au Vendredi de 9h30 à 12h30). Il vous faudra remplir un formulaire et fournir un passeport en cours de validité, 2 photos, 60 euros, une lettre d'invitation ou une réservation dans un hôtel.

Pour l'obtention de votre visa, vous pouvez faire appel aux services de "Action-Visas", qui moyennant rémunération (variable selon les visas demandés), s'occupe de toutes les démarches et vous envoie votre visa à domicile. C'est un peu cher, mais rapide et efficace.

Pour ceux qui souhaitent faire leurs démarches seuls, nous pouvons à la demande (sérieuse!) fournir une lettre d'invitation nécessaire à l'obtention du visa. Contacter nous à l'adresse mail suivante : foutadecouverte@yahoo.fr

 

Avant de partir et pour une information plus détaillée sur la Guinée, nous vous conseillons de vous procurer le guide Petit Futé "Guinée" aux Nouvelles Editions de l'Université, éd° 2016, ainsi que le guide "La Guinée Aujourd'hui" par M. Rémy, éd° du Jaguar 2009.

Vous pouvez aussi consulter le site du ministère français des affaires étrangères qui donnent des infos notamment au plan de la sécurité, de la situation générale du pays, ... Parfois un peu alarmiste mais intéressant avant de se lancer dans des projets trop ambitieux.

Par ailleurs nous restons à votre disposition pour vous aider à organiser votre voyage et pour tout renseignement complémentaire à l'adresse suivante : foutadecouverte@yahoo.fr.

 

Voir les commentaires

"IPhone" au Fouta !

Publié le par fouta-decouverte

Rétrécisseur de temps, d'espace et d'espace temps : je suis, je suis, .....

 

le portable !

 

Aujourd'hui ce petit appareil, bourré de technologies et de matières premières (provenant pour une part du continent africain), a conquis de nouveaux territoires.

 

Aujourd'hui au fin fonds de la brousse au Fouta, loin de toute modernité : pas d'électricité, pas d'eau courante, pas de ...... pas grand chose ! (Quoique l'essentiel ?!?) le téléphone portable semble être tombé du ciel ! Un peu comme la bouteille de Coca d'une autre époque et dans une autre région !

 

Scène étonnante que d'assister et d'imaginer à la fois, une communication entre

une vieille femme peule installée sur son petit tabouret devant la porte de sa case, qui surveille sa bouilie se réchauffant sur un feu de fortune fait de 3 bouts de bois, alors que le soleil réchauffe tout doucement la terre

 

et son fils installé aux Etat-Unis vivant dans un appart à New york, qui regarde un match de foot américain sur son écran plat, bien installé dans son sofa en attendant que son micro-onde ait fini de réchauffer son diner

 

Rétrécisseur d'espace, de "temps", ...

Voir les commentaires

ALDET au Fouta !

Publié le par fouta-decouverte

Le bureau du tourisme de Dalaba à rouvert après avoir fait peau neuve.

Une association est en charge de son développement et de sa gestion : voir leur site www.aldetguinee.com

 

 

Voir les commentaires

Chute de Ditinn

Publié le par fouta-decouverte

Tiens, tiens, quelle lumière devant ! img024  

Ah oui évidemment ! Pas de spot, mais la lumière naturelle suffit à ce décor grandiose !  img158  

 

Quand à la perspective verticale elle est tout simplement vertigineuse !img025

 

Environ 80 mètres plus bas, le bassin Ditinn-bassin.jpg Un peu juste en profondeur pour la réception d'un plongeon mais parfait pour une baignade rafraichissante (enfin surtout en saison sèche !)

 

 

En s'éloignant un peu, le site perd un peu en intensité mais gagne en majesté     Ditinn3

 

Ditinn2.jpg

 

Pour tous les randonneurs qui voudraient se rendre sur le site de la Chute de Ditin, je leur conseille de commencer par découvrir le sommet avant de descendre au pied de la chute.

La découverte n'en est que plus intense !

Voir les commentaires

Pluie tropicale suite

Publié le par fouta-decouverte

La cavalcade de perles d'eau dont les sabots claquent sur le sol langoureux, résonne comme le tic-tac d'une horloge tropicale, rythmant un temps qui semble s'accélérer et pourtant se fige.

 

Oui enfin bon il flotte un bon coup et quand ça s'arrête tout est mouillé !!

Voir les commentaires

Renouveau

Publié le par fouta-decouverte

Après la pluie, le beau temps !

Après une averse tropicale comme il peut en tomber parfois sous ces lattitudes, quand le soleil fait sa réapparition et darde à nouveau ses rayons, alors s'ouvre un moment très particulier !

La sensation est magnifique, particulièrement en pleine brousse : l'eau s'évapore en nuages improbables, la pluie reprend le chemin du ciel, semble s'échapper des toits de paille et des terres gorgées, et l'odeur de terre humide, qui se réchauffe alors d'un seul coup, est tout simplement incroyable.

La pluie arrête le temps, brouille tous les sens et semble effacer l'instant d'avant. La sensation de renouveau, de renaissance est alors tout simplement magique !

 

Voir les commentaires

Bureau du tourisme à Dalaba

Publié le par fouta-decouverte

 

Quelle joie de voir le flambeau repris et de si belle manière !

 

Nous avions ouvert ce bureau en 1995 avec Diouma, Sékou et l'appui de l'ONG SGPD ainsi que le soutien logistique de l'hôtel Tangama. 

 

Depuis cette époque, ce que nous appelions "l'office" a traversé des périodes plus ou moins fastes, mais il n'a jamais fermé.

 

Aujourd'hui grâce à ALDET et toute son équipe dont Diouma toujours présent, la case a été rénovée.

 

Une nouveau départ avec l'appui des Peace Corps et sa dynamique représentante à Dalaba, Hadiatou.

 

Bravo pour le boulot déjà accompli et bonne chance pour la suite.

 

 

 

Si vous passez par Dalaba et que vous souhaitez découvrir la région, un passage par le chargeur et cette case s'impose !

 

 

Voir les commentaires

"Graine de sable" du Fouta

Publié le par fouta-decouverte

Du sable au Fouta ? Non, la mer est quand même un peu loin. 

Ici le relief est plutôt accidenté. 

Pas de sable donc mais bien plutôt de la "graine de sable" .

Je suis, je suis, ..... ?

Allez je vous aide : chaque année à la même époque, je recouvre le flan des montagnes du Fouta.

Je reste tout d'abord dissimulé au sein de grappes,  au sommet de fines herbes ballottées par les vents.

Quand vient l'heure de la récolte, on me malmène, on me secoue, on m'écrase, on me pilonne puis on me laisse prendre le soleil, ... étendu en "banc de sable".

Un peu de repos avant d'être la victime de féroces appétits ....

 

Et oui je suis le FONIO, petite céréale blanche, dont la graine ressemble fort à un grain de sable. 

 

Le sable du Fouta Djalon

 

 

      Fonio.jpg

 

link

 

Traduction de gniaki : l'abeille

 

Voir les commentaires

Ndjuri ou le miel au Fouta

Publié le par fouta-decouverte

         img061.jpg      1238354 529873750423281 1496072009 n

 

Et oui, en plein coeur du Fouta, des ruches !

 

Des ruches, des abeilles, des alvéoles, et du miel !

 

L'exceptionnel ce n'est pas tellement le fait de trouver une ruche au coeur d'une forêt de pins, non c'est bien plutôt le type de ruches.

A droite la ruche traditionnelle telle qu'on la voit très couramment au Fouta, faite de paille et de branchages. La récolte du miel se fait en brûlant la ruche. Le miel a de fait souvent un arrière goût de brûlé.

 

A gauche, la ruche construite en planches de type kényane introduite au Fouta et plus précisément à Sébhory, par Diouma.

Le miel récolté est d'une bien meilleure qualité et garde tous ses arômes.

 

Délicieux, si j'osais mielleux !

 

 

 

Si vous traversez le Fouta, Sébhory est donc de fait une étape obligatoire de votre voyage : pour les ruches, le miel et autres dérivés mais aussi pour l'accueil, pour la forêt de pins, l'artisanat, les randos, .... Demandez Diouma fleurs !

 

Traduction de fello : montagne

Le mot du jour : gniaki 

 

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>