Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #fouta djalon tag

La Villa Sili et la Case à palabres de Dalaba

Publié le par fouta-decouverte

La Villa Sili et la Case à palabres de Dalaba

En exclusivité, les premières photos du chantier de la Villa Sili et de la case à palabres de Dalaba.

La rénovation est bien avancée et les finitions en cours.

Que du bonheur de voir ce patrimoine historique préservé grâce à un financement de l'UNESCO.

Avant les travaux ...Avant les travaux ...
Avant les travaux ...Avant les travaux ...

Avant les travaux ...

Pendant et après les travauxPendant et après les travaux
Pendant et après les travauxPendant et après les travaux

Pendant et après les travaux

Voir les commentaires

Rendez-vous en "terre mal connue" : le Fouta Djalon

Publié le par fouta-decouverte

Un petit détournement du titre d'une émission télé bien connue en espérant faire profiter le Fouta, ne serait-ce qu'un peu, de son succès (un article à suivre bientôt !).

Rendez-vous en "terre mal connue" : le Fouta Djalon

Quel étonnement pour mes beaux-parents et autres parents de Guinée quand j'ai annoncé que je venais au Fouta pour faire une rando sac au dos.

"Quelle idée bizarre ! Pourquoi se fatiguer en marchant sac au dos pendant ses vacances !"

Et oui, l'idée peut donc paraitre bizarre. Et c'est vrai que la marche est loin d'être un loisir au Fouta et partout ailleurs dans la région.

Non la marche est une nécessité, elle fait partie du quotidien pas toujours facile : les enfants marchent parfois plusieurs kilomètres pour se rendre à l'école, les femmes parcourent aussi de longues distances pour aller au marché, chercher de l'eau, les hommes pour aller au champ ou pour suivre leurs bêtes.

Rendez-vous en "terre mal connue" : le Fouta Djalon

La marche est bien souvent la seule solution pour se déplacer quand on vit en brousse au Fouta, les véhicules sont rares et les pistes pas toujours très praticables. Par contre les chemins et sentiers forment un maillage étroit du territoire. Et même s'il n'est pas toujours simple de s'y retrouver, vous trouverez toujours une petite sente pour atteindre votre destination.

La marche alors apparait bien comme la meilleure manière de découvrir cette région, de rencontrer ses habitants et de partager pas à pas leur quotidien.

Alors oui faire une rando peut apparaitre étrange, mais elle est pour moi une évidence.

Suivez moi, je vous propose de randonner le Fouta, de vivre Fouta Djalon.

A suivre récit, impressions, topo d'une rando entre Dalaba et Labé.

Voir les commentaires

Hôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à Dalaba

Publié le par fouta-decouverte

Hôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à Dalaba

Un seul et même site, trois "hôtels" :

L'hôtel des Chargeurs Réunis construits dans les années 30 :

A sa création, cet hôtel accueillait notamment les nombreux européens présents en Afrique de l'Ouest, qui trouvaient à Dalaba un climat et un cadre idéal pour le repos.

Au début de son activité, géré par la société des Chargeurs, il a par la suite été repris par l'Etat guinéen à l'indépendance : hôtel du Fouta. Il a fini par faire faillite dans les années 80.

Depuis 1995, un entrepreneur guinéen a repris l’hôtel (SIB hôtel) qui a fait l’objet d’une rénovation totale. Suite à la disparition de ce dernier, l'hôtel est géré actuellement par un de ses descendants.

Ruines de l'hôtel des Chargeurs Réunis en 1994, peu de temps avant le début des travaux :

Hôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à Dalaba
Hôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à DalabaHôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à DalabaHôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à Dalaba

Après rénovation, l'hôtel SIB :

Hôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à Dalaba
Hôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à DalabaHôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à DalabaHôtel des Chargeurs / Hôtel du Fouta / Hôtel SIB à Dalaba

Voir les commentaires

Acteurs du tourisme au Fouta

Publié le par fouta-decouverte

En cette période si délicate, en Guinée, une grande pensée pour tous ceux qui souffrent et une pensée spéciale pour tous les amis acteurs du tourisme qui subissent les contrecoups de cette tragédie : Diouma et ses collègues du bureau de ALDETà Dalaba et Sébhory, Cellou et tous ses collaborateurs de Fouta Trekking, Hassan Bah et sa famille à Doucki, ....

L'occasion pour moi de vous présenter Hassan Bah à travers un article publié par un Peace Corps (voir également la vidéo qui suit)

Who is Hassan Bah?

Hassan Bah, your host and tour guide during your stay in Doucki, was born in 1962 in Sierra Leone. His family’s roots are in Guinea, though, and his father was born and raised in Doucki. In addition to completing high school in Sierra Leone (where his teachers included Peace Corps Volunteers), Hassan also earned an auto mechanics certification.

Leaving Sierra Leone in 1983, Hassan worked in hospitality for the Zaire Embassy in Mauritania for just over a year and in the process learned French. He then embarked for the Canary Islands where he spent the next 7 years as sea-going mechanic. His seaman’s life gave him the opportunity to travel to Morocco and Norway, as well as to learn Spanish (his favorite language).

In 1992, Hassan joined his family, who had since resettled in Doucki. He began his work as a community health agent at this time, educating himself in disease prevention through reading. In addition to health education, Hassan regularly visits Doucki’s valley, where he provides medicine to those with very limited access to health resources.

In 1998, Hassan met Adam Lebou, a Peace Corps Volunteer working in Donghol Touma Center, 13 kilometers from Doucki. Adam later moved to Doucki, where he built the hut that many Doucki guests stay in during their visit. The seeds for Hassan’s tourism business were planted when he gave Adam and many of his Peace Corps friends and American guests hiking tours of Doucki. Word of Hassan’s hospitality and Doucki’s beauty spread, and now Hassan welcomes visitors throughout the year.

Hassan’s family is also an integral part of his tourism efforts. Brother Theirno Maju coordinates transportation from Doucki’s carrefour. Brother Abdoulrahim is an assistant tour guide as is his nephew, Alhassane. Also critical to Doucki’s success are the chefs! Hassan’s wife, Moimouna, mother, Oumar Sudo and sister-in-law, Mamadou Binta prepare the meals. One can easily predict that Hassan’s son, Mamadou Taibou, born in 2000, will grow up hiking!

Hassan’s vision for your stay is for you to feel “at home, man” and to be part of the community. He greatly enjoys visiting with his guests and not only during the hikes, but also while just relaxing in the hammocks, exchanging ideas and experiences.

Voir les commentaires

VTT en Guinée et au Fouta

Publié le par fouta-decouverte

Pour les amateurs de VTT et de découvertes africaines, la Guinée, et plus particulièrement le Fouta djalon, est une destination vraiment sympa.

Témoignage d'un amoureux des découvertes africaines en VTT :

"En gros, notre itinéraire en Guinée... C est l ami qui était avec moi qui a beaucoup travaillé le parcours avec google earth. Je dirai donc qu'est bêtises, car je vous refais le parcours avec la carte IGN qui a pas mal d erreur...
J1: départ de voiture de Conakry. Début du vélo à Coyah. Piste vers doumbaya, kinya, ... Jusque Forecariah ou nous avons passé la nuit.
J2: moussaya, sikhourou, ... , Kindia.
J3 et j4 : telimele (on a dormi dans un village, chez l habitant, à mi distance, mais je n ai plus le nom en tête)
J5: heriko (nuit chez l habitant)
J6: timbi madina. La piste n est pas sur l IGN, mais elle existe !
J7: labe
J8: tougue
J9: kanalabe
J10: dalaba
J11: linsan
Puis retour à Conakry...
C était (trop) court et je conseille de faire plus long, car ça avait le goût de trop peu. Mais on était limite en temps, donc...
Pays vraiment sympa, pas de soucis avec les gens. Les flics (garde chasse) nous ont embêté une fois mais la situation a été remarquablement rattrape par les notables qui ont humilié publiquement le garde chasse qui nous avait malmené et essayé de nous arnaquer! Bref, très très sympa comme pays... Et superbe... Probablement un des plus jolis pays que j ai fait en vélo, avec la RCA, le Burundi et l Éthiopie... (17 pays d Afrique a vélo, 3 sans vélo...)
Très facile de dormir dans les villages, les gens sont très accueillants... Facile de manger... Bref, zéro soucis... Pays qui gagne à être connu...
Au niveau matos: faire simple ! Idéalement un VTT en acier (soudure facile si casse, contrairement à l alu...), pas besoin de matériel hi-tech... Il faut du simple et fiable que tu saches entretenir toi même...
Pas besoin de t encombrer : prendre uniquement un outil multifonctions vélo, des maillons de rechange, chambres à air, un pneu de rechange, du lubrifiant, une brosse à dent pour frotter si besoin...
Un sac à viande pour la nuit, une tenue de vélo jour, mue tenue pour la nuit+/- un rechange.
Trousse pharmacie simple.
Une lampe de poche.
Pour ma part, j essaie de ne pas me surcharger inutilement... Donc juste un petit sac à dos léger (eau et papiers administratifs), un petit sac de guidon, un sac sur porte bagage arrière (cf film).

J'ai aussi choisi la Guinée car c'est un pays qu'on me disait joli et sympa. Et c'est vrai. J'ai un ami guinéen qui m'y a un peu poussé.

*Pour sortir les vélos de l'aéroport: pas de soucis, ni en 2012, ni en 2013. Meme pas de racket.

*J'avoue que je ne suis pas "sites touristiques" personnallement. On est allé aux chutes de la Sala (je crois), mais perso, je préfère les villages, les lieux de vie simple et sans harcélement des sites touristiques. La guinée est vraiment un beau pays, et elle est un beau site touristique a elle seule....

*A Dalaba: non, on est pas allé au bureau de tourisme. On a dormi dans un petit hotel (je ne me souviens plus du nom).

*A Conakry, on a trouvé une petite guesthouse sympa et familiale (Guinedi Guesthouse).

*Globalement, il n'y a pas besoin de GPS car les pistes sont claires et il suffit de demander, les gens indiquent bien. On en avait un qui nous a été utile (indispensable) entre tougue et kankalabe car on ne voulait pas repasser par la même route et on est passé à travers champs sur une petite piste qu'on avait tracé sur le GPS hrace à Google Earth (n'est pas sur la carte IGN). Je pense qu'il y a moyen de trouver pas mal d'itinéraires bis grace au reperage sur google earth car la carte IGN date franchement....

*L'eau : celle qu'on trouvait. Bouteille ou ajout d'hydroclonazone ou micropure. Pas de soucis disgestif.... sauf dans l'avion au retour ou j'ai vomi dans les toilettes le sandwich acheté dans la salle d'attente de l'aéroport "qui devait dater un peu" (!). Mais dans les villages, zéro problème (on était vigilants)...

*Le change : facile à Conakry et dans les villes. A Conakry, la Guesthouse nous l'a fait.

*cout du voyage sur place : si hotel: prix de la nuit (10 euros/j?) + 5 euros /j pour manger... ce qui coute cher: l'avion, les hotels, les transferts en voiture pour sortir de Conakry...

* si il y a un conseil: prendre un temps suffisant. 10 j, c'est trop court. Le Fouta est vraiment beau, il faut en profiter. En plus, c'est sympa.... alors.... faut y aller !

J'espère que mes conseils de seront utiles !

Vincent

Voir les commentaires

Vannerie du Fouta Djalon

Publié le par fouta-decouverte

Vannerie du Fouta Djalon

La vannerie est une activité artisanale spécifiquement féminine. Avec quelques feuilles séchées, des fibres végétales et des colorants naturels, les femmes réalisent des paniers et des plateaux ornementaux ou léfas.

Vannerie du Fouta Djalon

Le temps passé pour réaliser un de ces objets se compte en heures, voire en jours ! Et pourtant, un panier ne se vend que quelques centaines de francs guinéens !

Lors de mon dernier séjour, j'ai reçu en cadeau un léfa qui avait été confectionné spécialement pour moi.

Aujourd'hui, je me dis que mes remerciements n'ont pas été à la hauteur du cadeau !

Voir les commentaires

Et pour se rendre au Fouta, en Guinée, .... (infos pratiques)

Publié le

Avant de se rendre au Fouta, l'étape intermédiaire obligatoire (qui ne l'aurait pas deviné ?!), c'est d'entrer en Guinée.

Nous vous donnons donc ci-dessous quelques points de repères pour préparer votre voyage vers ce pays (avant de partir)

ainsi que des éléments pour vous rendre au Fouta (sur place).

Et avant tout, une carte du pays ! 

www.google.maps.Guinée

 

Argent (avant départ et sur place) : la monnaie guinéenne est le Franc Guinéen (FG) soumis à un contrôle des changes strict. Il n'est pas possible de changer du Franc Guinéen ailleurs qu'en Guinée. Le taux le change fluctue énormément (change Novembre 2016 : 1 euro = 10.000 francs guinéens environ). Pour obtenir du Franc guinéen, si vous avez une carte bleue VISA ou équivalent vous pouvez retirez de l'argent dans un distributeur de banque à Conakry ou bien négocier le change au marché noir (Conakry à la sortie de l'Aéroport ou au centre ville, avenue de la République par exemple, mais attention vous êtes dans la rue !).

Pour se rendre dans le Fouta, il est préférable de se munir de liquidités (Francs Guinéens ou autres), même si dans les principales villes vous trouverez des distributeurs. Pour convertir des monnaies étrangères en Francs Guinéens (préférer l'euro, le dollar ou le franc CFA en évitant les petites coupures), on trouve pratiquement partout des commerçants disposés à faire le change mais le taux ne sera pas le même qu'à Conakry.

En cas de manque de liquidités, vous pouvez toujours vous faire envoyer de l'argent par le biais de Western Union, Moneygram,... qui disposent de plusieurs bureaux à Conakry et dans les grandes villes. Il existe également d'autres opérateurs présents sur place.

 

Arrivée : à votre arrivée à l'aéroport de Gbessia Conakry vous devrez passer divers contrôles (passeport et visa, douanes) et récupérer vos bagages. Première règle : être patient. Deuxième règle : ne pas se laisser intimider. Troisième règle : rester courtois. Depuis quelque temps, l'organisation à l'arrivée s'est beaucoup améliorée et la sortie de l'aéroport se passe plus sereinement. Garder en main votre billet d'avion et surtout le volet permettant de retrouver vos bagages. Prenez votre temps pour faire toutes les formalités avant de vous rendre dans le hall d'accueil tout récemment inauguré.

Au sortir de l'aérogare, vous pouvez "déplacer" un taxi pour vous déposer à votre hôtel ou alors vous rendre au carrefour proche de l'aérogare et prendre place dans un taxi à destination du centre ville (mieux vaut alors ne pas avoir trop de bagages !).

Si vous préférez être accueilli dès l'aéroport, prenez contact avec les organisateurs de voyage (en France ou en Guinée)

 

Assurance (avant de partir) : il est prudent de souscrire une assurance pour parer à toutes éventualités. En cas de nécessité de rapatriement, de soins médicaux, les frais vous seront alors remboursés. Vous pouvez entre autres compagnies, contacter Inter Partner Assistance (ip-assistance.be), Mondial Assistance (Mondial-assistance.fr ou 01 40 25 52 25), Europ Assistance (europ-assistance.fr ou 01 41 85 94 85). Si vous avez une carte VISA, vérifiez, normalement vous bénéficiez d'une assurance rapatriement.

 

Carte géographique (avant de partir) : il existe une carte touristique IGN au 1/1.000.000ème sur la Guinée (disponible à l'IGN, rue de la Boétie à Paris tél. 01 42 25 87 90 et dans de nombreux autres points de vente). On peut aussi la trouver sur place, mais à un prix nettement plus élevé. Par ailleurs, il est possible de se procurer des photocopies de cartes au 1/200.000ème (qui datent un peu certes, mais sont quand même utilisables) couvrant l'ensemble du Fouta Djalon (nous consulter) et quelques cartes au 1/50.000ème (IGN, à St Mandé à l'Ouest de Paris tél. 01 43 98 80 00). Grâce à Google maps, vous pouvez aussi trouver des cartes plus ou moins détaillées du pays : carte Guinée

 

Compagnies aériennes (avant de partir) : depuis Paris, les compagnies desservant Conakry (avec ou sans escale) sont entre autres : Air France (0802 802 802), SN Brussels Airlines (0 826 101 818) avec escale à Bruxelles, la Royale Air Maroc (call center 3260) avec escale à Casablanca ou encore Air Sénégal (0820 202 123) avec escale à Dakar. Les tarifs sont assez fluctuants selon les périodes, les durées de séjour, ... Renseignez-vous directement auprès des compagnies.

 

Conakry (sur place) : la capitale de la Guinée, passage obligatoire sur votre route vers le Fouta.

Voir le marché Madina, le port de pêche de Boulbinet, les îles de Loos pour ceux qui ont un peu de temps. Pour plus d'infos, consulter les guides pratiques sur la Guinée.

Pour circuler à Conakry, le plus pratique est de déplacer un taxi (ou une moto mais à vos risques et périls !) pour une course ou pour toute une journée. Le prix est alors à négocier avec le chauffeur ! 

Pour les hôtels sur Conakry, consultez le Petit Futé qui donnent dans l'ensemble de bonnes adresses actualisées en Août 2016.

Dans le Fouta, Dalaba et Labé sont dotées de structures de niveau correct. A Dalaba,l'hôtel SIB ou encore l'auberge Seydi II et à Labé, l'hôtel Tata ou l'hôtel Djamtun proposent des prestations similaires à des prix abordables. Certaines structures proposent par ailleurs des informations et des prestations (guide) pour les randonnées dans la région.

 

Frontières terrestres : le passage des frontières terrestres se fait dans l'ensemble sans problème. Si vous êtes en transport en commun, votre passeport avec visa + votre carnet de vaccination à jour suffisent à vous assurer un passage en toute tranquillité.

Si vous êtes avec votre véhicule perso., le CPD permet normalement de passer sans souci, à part le remplissage des formulaires qui est parfois un peu longuet ... Certains voyageurs sont également passés avec un carnet ATA, demandé également au Sénégal. 

Les frontières, fermées pendant l'épidémie d'Ebola, sont de nouveau toutes ouvertes.

 

Hygiène (sur place) : autant que possible buvez de l'eau minérale (l'eau de Coyah ou encore de Mitty sont excellentes, mais vérifiez bien à l'achat que la bouteille est bien fermée. Vous trouverez également des sachets d'eau pour quelques gorgées d'eau mais à éviter autant que possible !) et sinon purifiez l'eau avec de l'hydroclonazone ou équivalent pour limiter les risques de troubles intestinaux.

 

Patience et longueur de temps ... (sur place) : quand vous voyagez,n'oubliez jamais que la patience est une vertu première ! Sachez rester "zen" et gardez le sourire en toute occasion. Mais vous êtes en règle, alors ne cédez pas aux intimidations ! Gardez toujours votre passeport et votre carnet de vaccination à portée de la main ! Le zèle des hommes en tenue est parfois troublant.

 "On dit que l’Afrique est l’école de la patience, mais la Guinée en est l’université "

 

Quand partir ? : la période allant du mois de Novembre au mois de Février est certainement la meilleure pour se rendre au Fouta Djalon faire de la randonnée, cependant jusqu'en Juin le climat reste relativement favorable même si la chaleur, souvent accompagnée de brume, est plus forte. Évitez les mois d'Août, Septembre et Octobre : brouillard, pluie, fraîcheur sont le lot quotidien de cette période, de plus les pistes sont bien souvent impraticables et les rivières impossibles à traverser.

 

Santé (avant de partir) : n'oubliez pas que pour partir au Fouta et plus globalement en Guinée, il vous faudra vous faire vacciner contre la fièvre jaune (obligatoire). D'autres vaccinations sont à recommander mais non obligatoires (consultez un centre de vaccination spécialisé, par exemple l'Institut Pasteur à Paris (tél. 01 53 69 78 78) ou le centre de vaccination d'Air France aux Invalides (tél. 01 41 56 66 00) : hépatite A et C, fièvre typhoïde (pour les longs séjours), tétanos, méningites A et C. Il faut parfois des délais assez longs pour réaliser ces différentes vaccinations, donc si vous le pouvez, renseignez-vous le plus longtemps possible avant votre départ. Et surtout n'oubliez pas de prendre avec vous votre carnet de vaccination pour le voyage. Il vous sera certainement réclamé au cours de votre séjour. Gardez-le à portée de main avec votre passeport.

Concernant le paludisme, il n'existe toujours pas de vaccin (malheureusement !), un traitement préventif est donc recommandé durant votre séjour ainsi que quelques semaines après le retour (consultez un centre spécialisé comme l'institut Pasteur de Paris, pour connaître le traitement le plus adapté. Actuellement la Malarone est le plus souvent prescrite, il existe aussi un générique moins cher).

 

Tours opérateurs : Comptoir d'Afrique, Nomade, Chemins solidaires, La Balaguère, zigzag randonnées entre autres, proposent des voyages vers la Guinée et notamment des circuits faisant une part belle au Fouta Djalon. Vous trouverez leurs sites respectifs sur le net. Plusieurs de ces opérateurs travaillent avec Foutatrekking à Labé.

 

Transport en Guinée (sur place) : les taxis sont le moyen de transport le plus efficace pour un coût modéré en direction du Fouta. Selon vos moyens, vous pouvez soit payer le nombre de places dont vous avez besoin ou un peu plus pour un meilleur confort, soit vous "déplacez" un véhicule c'est à dire que vous payez toutes les places prévues (6 pour une berline, 9 pour une familiale) pour la destination de votre choix, ce qui vous donne plus de liberté. Le plus souvent vous devrez aussi acquitter un prix pour les bagages embarqués. La gare routière du Fouta est située à Madina, au milieu du grand marché. A titre indicatif, le tarif d'une place pour aller de Conakry à Dalaba est en Novembre 2016 de 80.000 FG par personne non compris les bagages. Le voyage jusqu'à Dalaba dure de 8 à 10 heures sur une route malheureusement très fortement dégradée jusqu'à Mamou. Pour Labé, compter 1 heure et demi en plus. Pour des raisons de sécurité, évitez de voyager de nuit. La route est sinueuse et les autres véhicules pas toujours très visibles.

Les barrages d'hommes en tenue sont devenus rares sur le parcours. Cependant ne soyez pas surpris, si vous en rencontrez. Ils contrôleront sans doute vos papiers, ceux du chauffeur et ceux du véhicule. Patience, patience et puis ce peut être l'occasion d'une "pause pipi" ou d'un rafraîchissement !

Les locations de véhicules 4x4 sont possibles, mais relativement chères (agence Avis à l'hôtel Camayenne, Locadem ou Europcar à Novotel, ...). D'autres adresses sur demande.

 

Visa (avant de partir) : pour obtenir un visa pour la Guinée, adressez-vous à l'ambassade de Guinée la plus proche de chez vous (à Paris, Consulat 51 rue de la Faisanderie, 16è arrdt. Tél. : 01 47 04 81 48 du Lundi au Vendredi de 9h30 à 12h30). Il vous faudra remplir un formulaire et fournir un passeport en cours de validité, 2 photos, 60 euros, une lettre d'invitation ou une réservation dans un hôtel.

Pour l'obtention de votre visa, vous pouvez faire appel aux services de "Action-Visas", qui moyennant rémunération (variable selon les visas demandés), s'occupe de toutes les démarches et vous envoie votre visa à domicile. C'est un peu cher, mais rapide et efficace.

Pour ceux qui souhaitent faire leurs démarches seuls, nous pouvons à la demande (sérieuse!) fournir une lettre d'invitation nécessaire à l'obtention du visa. Contacter nous à l'adresse mail suivante : foutadecouverte@yahoo.fr

 

Avant de partir et pour une information plus détaillée sur la Guinée, nous vous conseillons de vous procurer le guide Petit Futé "Guinée" aux Nouvelles Editions de l'Université, éd° 2016, ainsi que le guide "La Guinée Aujourd'hui" par M. Rémy, éd° du Jaguar 2009.

Vous pouvez aussi consulter le site du ministère français des affaires étrangères qui donnent des infos notamment au plan de la sécurité, de la situation générale du pays, ... Parfois un peu alarmiste mais intéressant avant de se lancer dans des projets trop ambitieux.

Par ailleurs nous restons à votre disposition pour vous aider à organiser votre voyage et pour tout renseignement complémentaire à l'adresse suivante : foutadecouverte@yahoo.fr.

 

Voir les commentaires

"IPhone" au Fouta !

Publié le par fouta-decouverte

Rétrécisseur de temps, d'espace et d'espace temps : je suis, je suis, .....

 

le portable !

 

Aujourd'hui ce petit appareil, bourré de technologies et de matières premières (provenant pour une part du continent africain), a conquis de nouveaux territoires.

 

Aujourd'hui au fin fonds de la brousse au Fouta, loin de toute modernité : pas d'électricité, pas d'eau courante, pas de ...... pas grand chose ! (Quoique l'essentiel ?!?) le téléphone portable semble être tombé du ciel ! Un peu comme la bouteille de Coca d'une autre époque et dans une autre région !

 

Scène étonnante que d'assister et d'imaginer à la fois, une communication entre

une vieille femme peule installée sur son petit tabouret devant la porte de sa case, qui surveille sa bouilie se réchauffant sur un feu de fortune fait de 3 bouts de bois, alors que le soleil réchauffe tout doucement la terre

 

et son fils installé aux Etat-Unis vivant dans un appart à New york, qui regarde un match de foot américain sur son écran plat, bien installé dans son sofa en attendant que son micro-onde ait fini de réchauffer son diner

 

Rétrécisseur d'espace, de "temps", ...

Voir les commentaires

ALDET au Fouta !

Publié le par fouta-decouverte

Le bureau du tourisme de Dalaba à rouvert après avoir fait peau neuve.

Une association est en charge de son développement et de sa gestion : voir leur site www.aldetguinee.com

 

 

Voir les commentaires

Chute de Ditinn

Publié le par fouta-decouverte

Tiens, tiens, quelle lumière devant ! img024  

Ah oui évidemment ! Pas de spot, mais la lumière naturelle suffit à ce décor grandiose !  img158  

 

Quand à la perspective verticale elle est tout simplement vertigineuse !img025

 

Environ 80 mètres plus bas, le bassin Ditinn-bassin.jpg Un peu juste en profondeur pour la réception d'un plongeon mais parfait pour une baignade rafraichissante (enfin surtout en saison sèche !)

 

 

En s'éloignant un peu, le site perd un peu en intensité mais gagne en majesté     Ditinn3

 

Ditinn2.jpg

 

Pour tous les randonneurs qui voudraient se rendre sur le site de la Chute de Ditin, je leur conseille de commencer par découvrir le sommet avant de descendre au pied de la chute.

La découverte n'en est que plus intense !

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 > >>