Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #faune et flore de guinee tag

"Amis" à poils au Fouta

Publié le par fouta-decouverte

"Amis" à poils au Fouta

La faune la plus présente et la plus visible autour de Dalaba est très nettement celle des singes de tout poil.

Les chimpanzés, mis à part, qui sont de loin les plus imposants mais pas forcément les plus faciles à voir (à entendre peut-être), les colobes se laissent plus facilement observer. Témoin, ces deux photos prises au cours de balades dans les environs proches de Dalaba

"Amis" à poils au Fouta

Avec cet individu, qui semblait être assez âgé, nous nous sommes faits face quelques instants : lui comme un" idiot" perché sur son arbre à manger des fruits et moi comme un "imbécile" à essayer de lui tirer le portrait avec mon appareil photo.

Instant inoubliable d'une rencontre au coeur de la forêt du mont Diaguissa !

Voir les commentaires

"Graine de sable" du Fouta

Publié le par fouta-decouverte

Du sable au Fouta ? Non, la mer est quand même un peu loin. 

Ici le relief est plutôt accidenté. 

Pas de sable donc mais bien plutôt de la "graine de sable" .

Je suis, je suis, ..... ?

Allez je vous aide : chaque année à la même époque, je recouvre le flan des montagnes du Fouta.

Je reste tout d'abord dissimulé au sein de grappes,  au sommet de fines herbes ballottées par les vents.

Quand vient l'heure de la récolte, on me malmène, on me secoue, on m'écrase, on me pilonne puis on me laisse prendre le soleil, ... étendu en "banc de sable".

Un peu de repos avant d'être la victime de féroces appétits ....

 

Et oui je suis le FONIO, petite céréale blanche, dont la graine ressemble fort à un grain de sable. 

 

Le sable du Fouta Djalon

 

 

      Fonio.jpg

 

link

 

Traduction de gniaki : l'abeille

 

Voir les commentaires

Ndjuri ou le miel au Fouta

Publié le par fouta-decouverte

         img061.jpg      1238354 529873750423281 1496072009 n

 

Et oui, en plein coeur du Fouta, des ruches !

 

Des ruches, des abeilles, des alvéoles, et du miel !

 

L'exceptionnel ce n'est pas tellement le fait de trouver une ruche au coeur d'une forêt de pins, non c'est bien plutôt le type de ruches.

A droite la ruche traditionnelle telle qu'on la voit très couramment au Fouta, faite de paille et de branchages. La récolte du miel se fait en brûlant la ruche. Le miel a de fait souvent un arrière goût de brûlé.

 

A gauche, la ruche construite en planches de type kényane introduite au Fouta et plus précisément à Sébhory, par Diouma.

Le miel récolté est d'une bien meilleure qualité et garde tous ses arômes.

 

Délicieux, si j'osais mielleux !

 

 

 

Si vous traversez le Fouta, Sébhory est donc de fait une étape obligatoire de votre voyage : pour les ruches, le miel et autres dérivés mais aussi pour l'accueil, pour la forêt de pins, l'artisanat, les randos, .... Demandez Diouma fleurs !

 

Traduction de fello : montagne

Le mot du jour : gniaki 

 

Voir les commentaires

Nature du Fouta Djalon

Publié le par fouta-decouverte

 

 

                                Capture

 

Curieux animal ?!?

 

Mais non ce n'est pas un animal !

 

A ouais, et alors qu'est ce que c'est ? Ca se mange ???

 

Peut-être bien !

 

Ce qui est sûr, c'est que c'est assez surprenant à voir !

 

 

Alors qui sait ?

 

 

Traduction de bourouré : la brousse

 

Le mot poular du jour : fello

Voir les commentaires

Fruits de brousse au Fouta Djalon

Publié le par fouta-decouverte

    img022.jpg           img027.jpg     

    img052-copie-1.jpg          Uvaria.jpg

 

La brousse au Fouta Djalon est pleine de ressources. Les fruits sont aussi divers que variés avec des goûts et textures quelque fois improbables.

Mais mieux vaut être avec quelqu'un qui connait pour éviter les mauvaises surprises !

 

Qui saura me dire le nom des fruits ci dessus ? 

(Internet pourrait aider ceux qui n'ont jamais été au Fouta ?!)

 

Traduction de Djurdhé : chute (d'eau)

Mot du jour : bourourê

 

Voir les commentaires

Appel au secours des "Pins du Fouta"

Publié le par foutadecouverte

Appel au secours des "Pins du Fouta"

Bonjour à tous,

 

Je suis Pinus Kashya. Peut-être vous ne me connaissez pas et pourtant !

Je veille sur le Fouta ou tout au moins sur Dalaba et ses environs depuis quelques décennies déjà.

Au début du 20ème siècle un homme m'a im-planté là, pour voir si je pourrai m'adapter et me développer, grandir quoi !

 

Ma famille s'est agrandie durant ces quelques décennies et mes cousins y ont largement contribué : Pinus Sylvestris et autres Nigra. Nous nous sommes bien plus dans cet environnement et avons, longtemps, grandi sans souci. Oh bien sûr de temps en temps quelques uns d'entre nous disparaissaient sous les coups d'une hache ou lors d'un feu de brousse mal maitrisé. Mais rien de grave pour la survie de notre famille.

 

Nous avions ainsi colonisé plusieurs dizaines d'hectares sur le territoire de plusieurs villages et notamment autour de Sébhory. 

 

Nous avions (la passé s'impose) car aujourd'hui notre territoire s'est déjà largement réduit et nous nous sentons de plus en plus menacés.

 

Pendant plusieurs années, les tronçonneuses ont remplacé les haches et l'acharnement des hommes qui les manipulaient, a semblé à la hauteur du bruit de ces engins : effrayant !!!

Nous n'avons rien pu faire et nous n'avons, il faut bien le dire, pas reçu beaucoup de soutien pour nous défendre ?!

 

Heureusement depuis quelques temps nous avons constaté un changement : le bruit des moteurs se fait moins régulier.

 

Nous voyons avec une certaine joie, quelques jeunes prendre la place de nos disparus et recoloniser une petite partie des zones déboisées. Après tout c'est dans l'ordre des choses et c'est bien ainsi.

Encore faut-il laisser le temps au temps et respecter les cycles et rythmes de croissance.

 

Enfin tout cela semble encore une bien petite goutte d'eau au vu de l'étendue des dégâts. 

 

Et puis les tronçonneuses ne hurlent plus à nos pieds mais les haches et autres machettes sont de retour plus insidieuses et discrètes.

Plusieurs de mes frères ont récemment subi de graves blessures de la part d'individus qui cherchent très nettement à les affaiblir pour mieux pouvoir les achever par la suite !

 

Et oui, ainsi va notre vie au Fouta. On ne sait plus de quoi demain sera fait et si notre bienfaiteur, Mr Chevalier, de là où il est, pourra encore être fier de nous dans quelques années.

 

Au secours, au secours, au secours ! Sauvez moi, sauvez nous !

Appel au secours des "Pins du Fouta"

Voir les commentaires

Les "démourous" !

Publié le par foutadecouverte

Et là au beau milieu de la brousse, soudain quelques cris lointains assourdis par la végétation et le relief. Nous approchons et les échanges sont de plus en plus distincts. On devine des mouvements, et même une certaine agitation, derrière le fouillis des arbres et arbustes d'une forêt galerie, qui recouvre et longe le cours d'eau. Mais qui se cachent donc là ? Un coup d'oeil dans un arbre qui surgit du bas fond nous donne la réponse : un nid de chimpanzés fraîchement abandonné. Et oui nous avons à faire à un groupe de ces singes, qui ont très certainement compris que nous étions là car les bruits et les cris sont de plus en plus lointains. Pas bêtes ces animaux, non plutôt assez intelligents. Nous ne les verrons pas cette fois-ci. Du coup, nous nous sentons un peu bête !!

Les "démourous" !
Les "démourous" !

Voir les commentaires

Floraison du Caféïer

Publié le par foutadecouverte

Floraison du Caféïer

Ce matin là, je me réveille comme d'habitude avec le jour. J'ouvre les volets de ma chambre, le soleil commence tout doucement à réchauffer l'atmosphère. La nuit au Fouta la température peut descendre à moins de 15° et "on a froid".
Mais ce jour, ce n'est pas ce qui retient mon attention. Non c'est plutôt un très fort parfum, inhabituel, qui envahit la pièce. Sur le moment je ne vois pas d'où provient cette odeur qui ressemble au parfum du jasmin. C'est en sortant de la chambre que je comprend : la maison est entourée de caféïers qui ce matin sont en fleurs. Etonnant et entêtant ! Comme le montre la photo, fleurs et fruits du caféïer cohabitent sur les mêmes branches. Les fleurs ne durent que quelques heures. Au soir, leur parfum s'est évaporé !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3