Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #c'est la guinee ! tag

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 1)

Publié le par fouta-decouverte

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 1)
Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 1)Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 1)

Ce matin, 6h10 le jour se lève à peine et c'est l'agitation dans l'enclos des N'Dama.

Réveillé depuis 5h30 par le muezzin comme chaque matin, je suis au bord de l'enclos pour assister à une première pour cette année.

8 vaches ont eu des petits ces dernières semaines.

Et c'est l'heure de la traite. 


Les petits qui avaient été isolés pendant la nuit, pour les empêcher de boire tout le lait de leur mère, sont libérés un à un pour qu'ils tètent avant la traite. Mais juste un peu, histoire d'amorcer la "pompe à lait"...

Et là, c'est un peu "Ok corral" à la mode foutanienne. Les vaches ne sont pas très coopératives. Il faut dire qu'elles n'ont pas été traites depuis plusieurs mois et pour certaines, c'est même la première fois.

Aussi, les jeunes de la famille sont mis à contribution (un peu de sport avant le p'tit déj, ça ouvre l'appétit !) pour agripper à mains nues les plus récalcitrantes avant de pouvoir les immobiliser et de les entraver pour faciliter l'opération de traite. Un vrai "ballet bovin", qui manque un peu de coordination ; la faute sans doute à un certain manque de répétitions...

Pour la traite, une voisine a été appelée en renfort. 

Accroupie, une calebasse en équilibre entre les genoux, attraper le pis tout en essayant d'anticiper les coups de pattes et les écarts de ces dames ; l'opération demande expérience et dextérité. 

Première traite et premiers litres de lait... euh non en fait moins d'un litre pour les 4 ou 5 vaches finalement traites.

Et oui, la N'Dama n'a pas un gros rendement smiley.

Juste de quoi boire un café au lait.... frais ! et encore, pas pour tout le monde.

Bon moi j'y ai eu droit wink. Merci.

Pour le lait caillé, faudra attendre. 

Ce sera mieux demain, si Allahdiaby * !

Quand à l'idée de produire des briques de lait UHT pour arroser de lait de N'Dama le marché national, je crois qu'on va attendre une peu  laugh ...

(*si Dieu le veut)

 

Infos collatérales :

Au Fouta Djalon, la vache n'est certes pas sacrée mais elle est comme un membre de la famille. Elle peut même sembler parfois mieux traitée que les autres membres de la famille. 

 

Voir les commentaires

Doucki, un Univers foutanien.

Publié le par fouta-decouverte

Doucki, un Univers foutanien.

Quand végétal et minéral s'associent pour créer leur univers, au Fouta cela donne un lieu unique où vert et gris s'emmêlent, s'entremêlent, où le mystique le dispute à la nature brute, où votre imagination vous conduit sur des chemins infinis que seule la réalité du terrain peut contrarier.

Doucki, un Univers foutanien.
Doucki, un Univers foutanien.Doucki, un Univers foutanien.
Doucki, un Univers foutanien.

A quelques heures de Conakry, cet univers vous ouvre ses portes, prêt à vous envoûter, vous enchanter, à vous faire voyager.

Venez, venez sans hésiter ; vous ne sauriez le regretter !

Doucki, un Univers foutanien.
Doucki, un Univers foutanien.Doucki, un Univers foutanien.

Merci à Samuel H pour ces clichés prélevés dans cette incroyable nature, au cours d'un week-end solo en immersion à DOUCKI.

Doucki, un Univers foutanien.Doucki, un Univers foutanien.
Doucki, un Univers foutanien.Doucki, un Univers foutanien.

Voir les commentaires

TOURISME AU FOUTA DJALON : FAUT ÊTRE MOTIVÉ !?! (SUITE 3)

Publié le par fouta-decouverte

Quelques mises à jour et compléments d'infos : 

- Le guide Lonely Planet West Africa est paru en Septembre 2017. Il présente la destination Guinée en une quinzaine de pages (mieux que la précédente version qui n'en contenait que 6 ou 7).

 

- Il existe quelques cartes sur la Guinée dont la principale est le carte routière IGN (Institut Géographique National de France)  au 1/1.000.000 ème. Cette carte est disponible sur différents sites en ligne.

D'autres cartes au 1/200.000 ème sont également dispo mais uniquement à l'IGN, dont les bureaux sont aux portes de Paris en France, et sous forme de photocopies.

TOURISME AU FOUTA DJALON : FAUT ÊTRE MOTIVÉ !?! (SUITE 3)

Des cartes au 1/50.000 ème existent aussi mais pas pour toute la Guinée, et elles sont basées sur des travaux un peu anciens... .

Ci-après, une carte dispo parmi d'autres. Si vous êtes intéressés, vous pouvez me contacter.

TOURISME AU FOUTA DJALON : FAUT ÊTRE MOTIVÉ !?! (SUITE 3)

Bon et bien voilà avec ces quelques infos complémentaires, vous êtes totalement paré, prêt au départ.

Billet et visa en poche, la Guinée vous attend...

Enfin, vous attend... c'est plutôt vous qui partez à sa rencontre...

 

D'ailleurs, avez-vous pensé à votre arrivée ? A la sortie de l'aéroport, vous avez prévu quoi ?

Perso, je vous conseille d'anticiper votre première nuit à Conakry et de réserver une nuitée dans un hôtel ou un B&B.

Conakry peut être un peu difficile à appréhender dès l'arrivée, qui se fait souvent de nuit.

(Pour faire une résa., consultez les différents guides qui donnent quelques bonnes adresses. Vous pouvez aussi me contacter par mail.)

 

Car ça y est, vous y êtes ! Vous venez d'atterrir à l'aéroport international Gbessia de Conakry. Bienvenue !

A la descente de l'avion, vous empruntez une passerelle reliée directement à l'aérogare. Très rapidement, vous arrivez au poste de contrôle. 

Prise d'empreintes et contrôle des passeports, et vous voilà déjà dans la salle de restitution des bagages.

Prenez un chariot disponible en libre accès et surtout n'oubliez pas de bien conserver vos talons de bagages jusqu'à la sortie de l'aérogare. Il est probable qu'on vous les demande à la sortie pour un dernier contrôle.

Plutôt rassurant, non ? Ca évite qu'une autre personne vous emprunte malencontreusement vos affaires.

Un dernier petit passage aux rayons X (si la machine fonctionne...), une dernière passerelle et vous y êtes, prêt à sortir de l'aéroport et à "entrer" dans Conakry. 

Voir les commentaires

Guinée : instantanés entre Mamou et Conakry !

Publié le par foutadecouverte

Quelques instantanés entre Mamou et Conakry :

- Sur la route à Mamou, nous sommes dépassés par un camion-benne comme il y en a beaucoup. Rien d'étonnant, ils sont très nombreux à convoyer des matériaux de construction ! Cependant, une fois passé devant nous, nous apercevons quelque chose d'inattendu qui bouge sur l'essieu arrière, sous la benne ! Ah mais bien sûr, c'est l'"apprenti", qui est agrippé entre les deux roues : un babouin attaché juste avec une corde et qui semble très tranquillement déguster des arachides !

- Plus loin sur la route, alors que nous sommes arrêtés pour boire un sachet d'eau de Coyah, nous voyons arrivé une voiture tout à fait banal : bien surchargée de passagers et de bagages ! Ce qui l'est moins, c'est ce qui est accroché sur le capot avant : un bon gros morceau de bidoche de boeuf, fraichement découpé. Enfin la viande semble un peu désséchée, mais comme nous avons vu une "boucherie" (petite case avec une peau séchant devant et un morceau de viande accrochée sur un piquet) dans le village au dessus nous supposons qu'elle en vient. En fait si la viande est là c'est qu'aucune autre place semble plus adaptée vu la chaleur, l'absence de glacière, le peu de place dans la voiture et la durée du trajet ! Mais bon, bien cuite, pas de problème !!!!

- A Conakry, je suis bloqué dans la circulation, comme souvent dans cette ville. Et je vois devant sur le bord de la route une chose un peu surprenante ! Deux jeunes hommes qui poussent des poussettes de bébé. Je me dis : "là y a un truc, déjà une poussette en Guinée c'est plutôt rare, mais en plus poussée par des hommes alors là "not possible" ! Quand nous redémarrons enfin, nous dépassons finalement ces deux piétons et enfin je comprends mieux : les deux poussettes ne sont pas occupées par des nourrissons, non. Elles servent à ces deux jeunes commerçants à transporter leur stock de cartes téléphoniques qu'ils vendent en déambulant dans le quartier.

- Nous nous enfonçons dans le quartier en empruntant une voie qui ressemble plus à une piste défoncée qu'à une route. Et là au détour d'un virage, nous sommes bloqués par un match de foot. Deux équipes s'affrontent sur un terrain improvisé qui occupe largement la voie de circulation. Deux minis buts limitent le terrain qui par ailleurs n'a pas de contours très définis. L'étonnant dans tout ça, ce n'est pas tellement le terrain en lui même mais bien plutôt les joueurs, ou plutôt les joueuses. Et oui nous venons d'interrompre un match de foot féminin ! et je dois dire que, symboliquement au moins, ça fait vraiment plaisir ! Mon beau frère appelle d'ailleurs leur capitaine pour lui remettre un don pour les encourager et les soutenir. BRAVO et vive le foot féminin, si "rafraîchissant" !!!

Voir les commentaires

<< < 1 2