Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 5)

Publié le par fouta-decouverte

Dans la série, le plastique c'est catastrophique, anti-écologique, vraiment problématique...

Lors d'une balade sur le mont Sébhory, nous avons découvert ça :

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 5)

puis ça....

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 5)

De là, à en déduire que cette pauvre bête à cornes était morte d'avoir ingurgité trop de plastiques...

Evidemment rien ne le prouvait mais au moins pouvait-on se poser la question, non ??

Une chose quand même semblait certaine ; cet enchevêtrement de plastiques était dans son estomac au moment de son trépas... et à part quelques os, c'est tout ce qui restait de son passage sur terre sad.

En prenant ces photos, me sont alors revenues comme en écho (certes un peu lointain mais quand même) des images largement diffusées dans les médias, de cétacés échoués sur des plages et notamment celle-là : 

Une fausse baleine créée par Greenpeace pour alerter sur les dangers des déchets plastiques.

Une fausse baleine créée par Greenpeace pour alerter sur les dangers des déchets plastiques.

Alors c'est sûr ma photo est moins spectaculaire et je n'ai certes pas l'audience de Greenpeace (pas encore wink), mais il me semblait intéressant malgré tout de partager ces clichés pour pointer du doigt ce problème très largement répandu au Fouta, en Guinée, ... et qui pose de vraies questions.

Au Fouta plus particulièrement, terre d'élevage où les animaux vivent en liberté en brousse (ou tout au moins sont libérés chaque jour dans les villages), cette question de la pollution par les plastiques est d'autant plus grave qu'elle cause la mort de nombre de ces ruminants. 

Et malheureusement brûler régulièrement tous ces plastiques n'est qu'une solution très insatisfaisante et très, très provisoire, qui ne résout pas le problème... sans compter la pollution atmosphérique que cela engendre.

Alors que faire ? 

Peut-être comme 34 autres pays du continent : interdire les sachets plastiques en Guinée !

Ce serait un premier pas.

Mais sans solution de remplacement, sans alternative aux plastiques, est-ce vraiment envisageable ?

Voilà par exemple ce qu'en disait un Mauritanien relayant le sentiment de beaucoup de ses compatriotes : "Nous ne sommes pas complètement opposés à l’idée mais cela ne pourra pas fonctionner tant que le gouvernement n’aura pas mis en place une solution alternative. Comment on va faire pour transporter notre sucre, vendu au poids, sans sac plastique ?”

Ne rien faire, n'est pas non plus la solution....

 

Ci-après je vous propose quelques questions et liens pour alimenter votre réflexion. 

Infos collatérales : 

Faut-il interdire tous les sacs plastiques ? Seulement certains ?

Faut-il les faire payer pour faire baisser la demande ?

Quelle(s) solution(s) alternative(s) proposer ? Sacs en papier, sacs en tissus, en matière végétale, ... ?

Faut-il surtout renforcer les capacités de collecte et de recyclage ?

Sans doute faudrait-il pouvoir actionner plusieurs leviers en même temps. 

Extraits d'un article de "l'OBS" "Comment le Rwanda est devenu le premier pays d'Afrique à se débarrasser du plastique" :

"... . Pas de sachets plastiques non plus dans les magasins, ni sur les marchés. Dans les petites échoppes comme dans les centres commerciaux, on emporte ses achats dans des sacs en papier brun. Il y aura toujours une vendeuse de poches en toiles postée à proximité de n’importe quel point de vente. Résultat : des rues, des bords de route, des villages étonnamment propres, même quand ils ne sont pas goudronnées. "

 

Commenter cet article