Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 2)

Publié le par fouta-decouverte

Dans la série ma Nevada a un âge respectable, est formidable et surtout increvable...

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 2)

Depuis quelques semaines déjà, ma chère Nevada montrait des signes de faiblesse "cardiaque", entendez son moteur commençait à avoir des râtés, tout en faisant un bruit comment dire ?? ... oui un bruit de casserole : bling, blang, glong etc 

Malgré de multiples "transfusions huileuses", rien n'y faisait.

Après 2 ou 3 jours de mieux, les bruits suspects reprenaient de plus belle. Et surtout la perte de puissance était de plus en plus significative.

Finalement malgré les risques inhérents à une opération à "moteur ouvert", je prenais date avec un mécano spécialisé pour ce genre d'opération.

Mon choix s'étant porté sur un maître mécanicien de Conakry, chaudement recommandé par l'ancien propriétaire de la voiture, il fallait juste attendre qu'un apprenti de ce dernier soit dispo pour venir nous porter secours ou tout au moins pour venir au chevet de notre increvable Renault.

Après 3 jours d'attente, il était là. Arrivé dans un taxi Nevada, bien sûr, avec une simple caisse à outils et son bleu de travail, il se mit aussitôt au travail, après avoir rapidement écouté le coeur battant ou plutôt cognant de la bête. 

Et là je dois dire que je fus impressionné et bluffé par l'efficacité de notre docteur es-Nevada. En quelques heures, avec quelques clés et outils basiques, sans palan, sans pont élévateur (mais faut-il le préciser ?) et surtout avec beaucoup d'huile de coude, le moteur était démonté, désossé, en pièces détachées, façon puzzle. L'opération de diagnostic commencée moteur tournant, pouvait alors se poursuivre accompagnée d'un nettoyage en bonne et due forme. Pistons, bielles, soupapes, arbre à cames,... tout y passa à l'aide d'une simple brosse à dents, de lessive OMO, de Gasoil et de 2 vieux bidons de 20 l découpés pour laisser "décanter". Si, si c'est vrai, j'vous assure.

 

Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 2)Chronique d'un Porto Foulawa au Fouta (ép. 2)

Comme je m'en doutais vu les bruits perçus ces dernières semaines, plusieurs pièces étaient à remplacer.

Pas de problème ! Un p'tit coup de téléphone au chef à Conakry, un Orange Money dans la foulée et le tour était joué.

Pas aussi bien qu'"Oscaro.com"* mais presque ! En tout cas, moins de 48h plus tard un taxi déposait à la maison les pièces neuves précédemment commandées.

L'opération remontage pouvait commencer. Il fallut juste redonner un petit coup de main pour remettre le moteur en place. Et enfin quelques boulons, courroies et autres silentblocs plus tard, ma Nevada avait retrouvé une nouvelle jeunesse, prête pour de nouvelles aventures foutaniennes.

Restait juste à savoir si le moteur restauré était de nouveau prêt à battre...

Les premiers essais réalisés en fin de journée n'étant pas très concluants, l'opération était reportée au lendemain. Moi quelque peu inquiet mais notre mécano très confiant dans son savoir-faire et dans notre increvable mécanique.

Le lendemain comme prévu, après 2 ou 3 réglages, une charge de batterie et de gros nuages de fumée noire, enfin le doux bruit du moteur se faisait de nouveau entendre. 

Après 2 journées supplémentaires à tourner au ralenti dans la cour, 40 litres de GO engloutis et de nouveaux petits ajustements pour retrouver le rythme normal, ma Nevada était déclarée apte à reprendre la route. 

Ma Nevada est formidable et reste increvable !

(* site de livraison de pièces détachées de voiture)

Infos collatérales :

La Nevada, en fait la version break de la R21, vit le jour en 1987. Elle s'imposa rapidement comme le véhicule de la famille française avec sa version 7 places grâce à ses strapontins installés dans le coffre. Produite à 412.000 exemplaires, les derniers exemplaires sortent des chaînes de production Renault fin 1995. Commence alors une extraordinaire carrière sur le marché de l'occasion qui se prolonge aujourd'hui sur les marchés ouest-africains. Les raisons de son succès : un véhicule robuste avec une mécanique qui "tient la route", capable d'embarquer plus de 10 passagers dans son habitacle, hors bagages.

Reste que la Nevada "Occasion Bruxelles" comme on dit par ici se fait rare de nos jours. Et les cours montent ; certains véhicules sont proposés à plus de 2.000 euros alors que les plus jeunes ont un âge comme qui dirait canonique : minimum 25 ans ! 

Pas étonnant dans un contexte où sa remplaçante ne semble pas facile à trouver.

D'ailleurs à votre avis, qui pour remplacer la Nevada ???

 

Commenter cet article